Edition 2018  »  Spectacles et artistes invités  »  Les musiciens

Pourquoi ampute-t-on les mains qui attendent la terre et les épis

Paul Chaoul (Liban)

Les musiciens, invités en résidence pendant tout le festival, accompagnent les poètes lors des lectures musicales. Ils proposent aussi leurs propres créations sur les podiums musicaux qui leur sont consacrés chaque jour : Musique dans l’air, Harmoniques en liberté, Musique a capriccio, Insomnie musicale.

  • DAVID KPOSSOU

    DAVID KPOSSOU

    Présentation
    (harmonica et instruments divers) Il travaille depuis 2004  pour les médias, multimédias : Édition MYMA, Justement Music, Lido Melodie, Buda Music, et le spectacle vivant : Délit de Façade, Les Mots Tissés, Mario & Co, Les Miettes de Margoula, Katia Charmeaux La Mandarine Blanche, Honorine Production…Harmoniciste de formation, il a joué, entre autre, dans les ensembles «Ezztet Quartet», « Azul Free Orchestra » et « Dallas Bel Canto » (Accapela).Il expérimente les liens et interactions entre l’image et le son, entre l’imaginaire visuel et l’imaginaire sonore.  Sa palette s’est enrichie (basse, piano, udu,  et quelques instruments à vent) et il décline ses recherches et créations selon trois axes :  climatique, narratif , organique. Il compose aussi bien des thèmes mélodiques que des bandes-son climatiques avec une densité sonore allant du minimalisme à l'orchestral. Parmi ses nombreuses influences, il revendique une écoute assidue de Pat Metheny, John Zorn, Miles Davis, Trent Reznor ou encore Brian Eno.Nicolas Grosso (Banjo, Ukulélé)Sétois originaire d’une famille du sud de l’Italie, Nicolas Grosso est venu à la musique dès sa petite enfance, empruntant la guitare de son père. Inscrit très tôt au conservatoire de Sète, il découvre le jazz, le rock, et monte pour la première fois sur scène à l’âge de douze ans. Il interprète Gene Vincent, Elvis Presley, Jimi Hendrix, entre dans l’orchestre de Gilles Pellegrini, emprunte les chemins de la bossa-nova autant que du big band, écrit des musiques pour des films courts ou longs métrages. Aujourd’hui âgé de 35 ans, il s’oriente vers une carrière solo qui va voir, en octobre prochain, la sortie de son premier album : Me voilà !
  • AZZEDDINE MONTASSERE

    AZZEDDINE MONTASSERE

    Présentation
    (oud) Originaire de Fès, Azeddine Montassere obtient, en 1979, le Prix d’honneur pour ses études au Conservatoire national de musique et de danse classique de Rabat. Il entame alors une carrière de musicien, de compositeur et de professeur de luth oriental. Après avoir dirigé, durant douze ans, l’orchestre régional de la Radio Télévision marocaine de Fès, il se retrouve propulsé, en 2005, à la tête de l’Orchestre national du Maroc. Virtuose du oud et compositeur émérite, il a été primé de nombreuses fois pour ces deux talents, devenant ainsi l’une des figures emblématiques de la musique classique arabe. Ce statut l’amène à se produire sur la scène internationale avec les plus grandes voix de la poésie arabe.
  • ROULA SAFAR

    ROULA SAFAR

    Présentation
    (mezzo-soprano, guitare, tambourin)Née au Liban, Roula Safar a grandi dans la musique et la poésie. Au moment de l’adolescence, la guerre et l’exil l’arrachent brutalement à son pays natal. Elle effectue ses études musicales tout d’abord à Beyrouth puis à Paris où elle obtient un diplôme de musicologie et un premier prix de chant au CNR de Boulogne. D'une personnalité charismatique et singulière, à la voix chaleureuse et colorée, Roula Safar sillonne les chemins de traverse entre les répertoires, les styles et les voix des poètes de toutes époques et de tous temps. Elle donne des récitals en s'accompagnant à la guitare et aux percussions, d’œuvres soit écrites à l’origine pour ces instruments, soit arrangées et harmonisées par elle-même.
  • FRÉDÉRIQUE SONNET

    FRÉDÉRIQUE SONNET

    Présentation
    (flûte traversière)Voyageuse et fantaisiste, Frédérique Sonnet l'est aussi dans sa musique par la diversité des projets auxquels elle participe : musique pour le cinéma, théâtre, performances. Son dernier projet personnel Sonnets tisse des passerelles entre le jazz et la musicalité d’une poésie francophone. C’est bien la rencontre qui l’anime : entre les mots, entre les personnes, entre les sons et vibrations. La voix et la flûte traversière sont les instruments de cette recherche tandis que l’improvisation et la transe offrent des espaces ouverts comme terrain de jeux